Congress theme: “Libraries beyond libraries: Integration, Innovation and Information for all”

IFLA & UNESCO - des partenaires importants

English

Jānis KārkliņšLe texte suivant est une courte interview avec Jānis Kārkliņš, Directeur Général adjoint de la Communication et de l’Information de l’UNESCO

 

Quels sont les principaux domaines dans lesquels l'UNESCO travaille en ce moment avec l'IFLA?

L'IFLA est l'un des partenaires stratégiques de l'UNESCO et nous avons plusieurs activités en cours : nous coopérons sur la préservation du patrimoine documentaire du monde dans le cadre du Programme Mémoire du monde,  la promotion de l'accès au contenu multilingue et multiculturel à travers la Bibliothèque numérique mondiale qui est un projet conjoint UNESCO / Bibliothèque du Congrès des Etats-Unis, la promotion des médias et la maîtrise de l’information et le principe du libre accès à l'information ainsi que sur la collaboration dans le suivi des décisions du Sommet mondial sur la Société de l'Information (WSIS).

L'IFLA a accepté d'être co-organisateur d'une conférence internationale sur la conservation numérique que l'UNESCO prévoit d'organiser en Septembre 2012. L'objectif de cette conférence est de sensibiliser les décideurs politiques sur la protection du patrimoine numérique ainsi que fournir de nouvelles contributions relatives aux solutions pratiques pour la conservation numérique et les politiques de numérisation dans les pays du monde entier. La conférence reviendra sur la Charte sur la Sauvegarde du Patrimoine Numérique qui a été adoptée par la Conférence générale de l'UNESCO en 2003 et examinera les ajustements nécessaires ou les modifications qui devront être introduites dans le texte en prenant en compte les progrès technologiques des 10 dernières années. L'expertise de l'IFLA sur ces questions est indispensable et nous comptons sur son étroite coopération.


L'UNESCO travaille avec la Section Maîtrise de l'information de l’IFLA sur la production des médias et les indicateurs de la maîtrise de l'information. Pouvez-vous nous dire comment évolue ce travail ?

L'UNESCO en collaboration avec des experts, a analysé les spécificités et les similitudes entre la maîtrise de l'information et l'éducation aux médias. Cette analyse a montré un chevauchement des compétences dans les deux domaines ainsi que d'autres types d’alphabétisation. Le travail sur les médias et la maîtrise de l'information (MIL) devrait être considéré comme un processus vers une approche plus holistique et inclusive qui décrit les compétences de base (compétences, aptitudes et connaissances) nécessaires pour fonctionner avec succès dans les pays émergents / sociétés du savoir en pleine croissance.

La section Maîtrise de l’Information de l'IFLA, l'un des partenaires importants de l'UNESCO, a aimablement accepté d'analyser et d'évaluer de façon critique la validité du cadre théorique et conceptuel de la Maîtrise de l’Information ainsi que la méthodologie de la Maîtrise de l’Information. L'atelier doit avoir lieu le 11 août et tous les experts de l'IFLA en maîtrise de l'information sont invités à y prendre part.

Le 14 Juillet à Istanbul, en Turquie lors de la conférence annuelle de l'Association Internationale pour la Recherche sur les Médias et la Communication (IAMCR), l'UNESCO le concept et les indicateurs de Maîtrise de l’Information a présenté à plus de 30 experts en études sur les médias, la formation aux médias, la politique des sexes, l'anthropologie sociale etc. Bien que l'évaluation globale du concept ait été positive, des commentaires ont été faits sur la nécessité de renforcer les éléments qui garantissent la liberté d'expression et permettent d'accorder plus d'attention aux compétences collectives. Les résultats des discussions des experts en Turquie seront présentés lors de la réunion des experts de l'IFLA. J'espère que la réunion de San Juan va donner aux experts de l’information une perspective sur le concept, qui viendra compléter et conclure le cycle de consultations des experts sur ce sujet.

Il est à noter que l'UNESCO a développé un programme complet de formation aux enseignants en Maîtrise de l’Information, qui a été présenté lors d'une récente conférence internationale (15-17 juin 2011) à Fez au Maroc et sera déployé dans une douzaine de pays à travers le monde.

 

L’ UNESCO a récemment abrité une conférence sur les livres électroniques en Italie. Quels sont les enjeux auxquels les bibliothèques devraient faire attention ? Les livres électroniques sont-ils des "changeurs de donne"?

La conférence sur les livres électroniques qui a eu lieu tôt cette année à Monza a abouti à plusieurs conclusions importantes. Le livre électronique modifie la relation avec le lecteur et cela implique un changement qui n'est pas seulement profond mais très progressif dans les profils professionnels des éditeurs. Il a été également observé que le livre électronique n’est pas un " livre" qui est devenu "électronique". C’est complètement différent, étant davantage semblable à un permis ou une autorisation limitée dans le temps. Le débat a révélé que les livres électroniques et les livres imprimés cohabitent actuellement côte à côte, parfois de manière complémentaire et même se renforcent mutuellement. Il a été observé que la production traditionnelle et la chaîne de distribution évoluent et se modifient en profondeur mais elles existent encore. En d'autres termes, nous avons encore des auteurs, éditeurs, illustrateurs, traducteurs, éditeurs, distributeurs, libraires et bibliothécaires mais nous avons aussi des éditeurs électroniques, des blogs littéraires, des illustrateurs et graphistes, des libraires sur demande et bien sûr de nouveaux outils numériques se développeront dans le processus de production des textes traditionnels imprimés.

En ce qui concerne les bibliothèques, la conférence a conclu que la numérisation des bibliothèques est un point de non retour, un processus irréversible qui encourage et facilite leur mise en réseau. L'importance des bibliothèques s'en ressent,  avec un plus grand impact sur ​​la société en raison de l'expansion de leurs activités et de leurs publics. Jamais au cours de l'Histoire, les bibliothèques n'ont servi autant de lecteurs qu’elles le font aujourd'hui. Mais la numérisation implique aussi des défis pour les bibliothèques : l'accessibilité, la conservation des données et la sauvegarde, le financement etc. Nous avons besoin d'aborder ces questions de façon ouverte et inclusive en vue de trouver les modèles les plus rationnels pour les différents types d'environnements économiques, modèles qui serait fondés sur la liberté d'expression, le libre accès à l'information, le respect des droits d'auteurs et la qualité du service aux usagers.

 

Alors que la population en ligne dans le monde va excéder des 2 milliards de personnes et que l'accès à l’Internet se banalise, quels sont les défis et les opportunités qui pointent à l'horizon pour les bibliothèques?

Les bibliothèques dans de nombreux pays du monde resteront des moyens d'accès illimités à l'information, notamment grâce à l'utilisation des nouvelles technologies. L’Internet crée un nouveau paradigme de l'accès à l'information, en ce sens que l'accès à une quantité énorme d'information n'a jamais été aussi aisé. On peut parler d'un déluge d'information qui est maintenant accessible en ligne et qui nécessite le développement d'un nouvel ensemble de compétences par les utilisateurs. À cet égard, le rôle des bibliothèques et des bibliothécaires reste important pour aider les gens dans leurs besoins informationnels.

La maîtrise des médias et l'information représente une compétence de plus en plus importante et doit être abordée à tous les niveaux et stades de l'éducation. Les actions de formation continue qui font partie du programme des bibliothèques jouent un rôle crucial dans la promotion de la Maîtrise de l’Information, et facilitent la capacité des lecteurs à naviguer dans l'océan de l'information.

Les bibliothèques travaillent à briser la fracture numérique et à démocratiser l'accès à toute une gamme de contenus. Elles sont confrontées au défi de développer de nouvelles compétences ainsi que de (re) définir le profil professionnel des gestionnaires de l'information. Tous les bibliothécaires doivent eux-mêmes être solidement formés et être en mesure de fournir des services d'information nécessaires aux usagers y compris ceux ayant des besoins particuliers, les personnes handicapées, les personnes socialement marginalisées.