Congress theme: “Libraries Now! - Inspiring, Surprising, Empowering”

La destruction des objets culturels : l’autre face du génocide

English

Helena Rata

Helena Ranta, dentiste medico-légale finlandaise et professeur à l’Université d’Helsinki, a prononcé un discours poignant sur la destruction des biens culturels, un aspect méconnu du génocide, et sur l’importance du patrimoine culturel dans la reconstruction après une guerre. Il était évident que le public était très touché par son discours et ses citations littéraires se sont vite retrouvées sur Twitter dans des dizaines de tweets.

« Le génocide n’est pas un meurtre ; c’est un million de meurtres. »

Helena Ranta a rencontré différents exemples de dévastations pendant sa carrière. Dans les zones de conflits internationaux, le public n’est pas souvent conscient de la destruction de l’identité culturelle. Les biens culturels sont pris pour cible et font l’objet d’un trafic pour priver les gens de leur identité.

            « Il n’y aura pas de paix sans justice.

            Il n’y aura pas de justice sans pardon. »

Helena RataPaix, justice et pardon sont liés -  l’un ne va pas sans les autres. Un bon exemple de rétablissement après une guerre est le poème Requiem d’Anna Akhmatova, qui a survécu à l’ère stalinienne seulement grâce à des amis ayant appris ce poème par cœur et qui l’ont consigné par écrit plus tard. Quand les tueries s’arrêtent, le génocide n’est pas terminé – les gens devraient écouter les faibles voix des survivants et confier à ces derniers l’enseignement du souvenir.

Helena a fait comprendre au public l’importance du patrimoine culturel et à quel point le travail des bibliothécaires est précieux.