Congress theme: “Libraries Now! - Inspiring, Surprising, Empowering”

Une activité frénétique sous une allure sereine

English

Ann OkersonVoici un court entretien avec Ann Okerson, présidente du Comité professionnel de l’IFLA.

 

Le Comité professionnel (CP) coordonne le travail des unités professionnelles (sections, activités stratégiques, groupes d’intérêt spécialisés, etc.) et est responsable des activités professionnelles de l’IFLA, de sa politique et de son programme. Il est composé d’un président, des présidents de chacune des cinq divisions de l’IFLA, du président-élu, de deux autres membres du Conseil d’administration et des présidents du Comité sur la liberté d'accès à l'information et sur la liberté d'expression (FAIFE) et du Comité sur le droit d'auteur et les autres questions juridiques (CLM). Il se réunit physiquement trois fois par an et travaille par courriels et par Skype entre les réunions formelles.

Ann Okerson a été élue présidente du CP en 2011 à l’issue de son mandat de deux ans à la présidence de la division II. Elle est également membre du Comité permanent de la section Acquisition et développement des collections.

Vous avez commence le congrès de bonne heure samedi matin avec Briefing des dirigeants, où les membres du CP et vous-même avez rencontré les responsables des sections et des unités professionnelles de l’IFLA pour échanger et débattre de certaines questions. Quels étaient les principaux sujets cette année ?

Pour le CP, les finances sont le sujet le plus brûlant : ennuyeux, certes, mais essentiel. Le CP se voit allouer chaque année un budget pour ses dépenses administratives et celles liées à son programme. Étant donné qu’environ 50 unités entrent dans le périmètre du CP, l’allocation de ces fonds (pour des activités destinées à faire progresser les professionnels de l’IFLA) a été inégale et imprévisible ; les anciennes règles ne correspondent par ailleurs plus aux besoins et aux méthodes de travail actuels. Le CP a donc proposé une nouvelle estimation de la répartition, qui a été présentée aux responsables. Inutile de dire que le budget est un sujet polémique.

Voyez-vous un aspect différent de l’IFLA lorsque vous êtes au CP (par rapport aux sections) ?

Oui, vraiment. Notre perception de l’IFLA change en même temps que l’on change de rôle : participant, membre de comité, responsable, membre du CP/bureau. Il y a une expression qui dit quelque chose comme : « le canard glisse tranquillement sur le lac, mais dessous, il agite frénétiquement ses pattes ». On s’agite frénétiquement pour permettre à toutes les conférences, les réunions, les programmes ou les finances de se tenir solidement et efficacement. Il y a beaucoup de tâches administratives à réaliser, mais également des innovations à introduire et soutenir. Le proverbe « il faut un village [pour élever un enfant] » convient bien aux activités de l’IFLA. Le CP est une partie – mais une petite partie seulement – de ce village.

Quel est selon vous le principal défi à relever pour que le CP remplisse ce rôle ?

De mon point de vue, la principale difficulté est de garder l’équilibre entre le travail administratif et l’innovation. Il y a tant à faire pour l’administration, la coordination et les procédures (notre agenda est surchargé !) qu’il est difficile de garder du temps pour innover dans notre façon de soutenir les professionnels. Or l’innovation est ce qui nous permet d’avancer et de créer de l’enthousiasme pour faire participer les gens. Il est vital de trouver le temps et les manières de se développer et de changer, autant que de se maintenir au niveau.

Sur quoi souhaitez-vous travailler l’an prochain, votre seconde et dernière année comme présidente du CP?

Suivant ce que je disais précédemment, j’espère être capable de passer de l’important sujet des finances à plus d’innovation, en travaillant pour cela avec les talentueux membres de l’IFLA. Nous avons déjà eu quelques discussions là-dessus, et j’invite toute personne qui aurait des idées de nouvelles et de meilleures méthodes pour soutenir la profession à prendre contact avec moi. Je suis une correspondante assidue et serait ravie d’échanger.