27 Mai 2021

Teaching Advocacy: an Interview with Raphaelle Bats

Strengthening the global voice of libraries by making every librarian an advocate is a key part of IFLA's Strategy. But how can we teach advocacy? WE interviewed Raphaelle Bats, France, to find out about her experiences (English, and then French).

Raphaelle Bats (Source - Raphaelle Bats)

IFLA: What does advocacy mean for you?

Raphaelle: It’s about taking action to influence political decisions, in particular around the definition and drafting of policies, and ensuring that the subject of our advocacy – the role libraries – is included. Lobbying is a part of advocacy which plays out at the level of national or international institutions when there is discussion around a draft policy. Advocacy can take place more broadly, with campaigns to build awareness of the value of libraries, but the end-goal remains to work with elected officials and decision-makers to be sure that libraries have a place at the table in policy discussions.

How did you come across the concept of advocacy for the first time ?

I couldn’t say for certain, but I remember well having organised a round table with colleagues from ALA (USA) and the Austrian librarians’ association in 2014 during a study day on the role of libraries and their recognition by others. I was therefore familiar with the term, but in France, we were really beginners in the field.

And when did you make the step from doing advocacy to teaching advocacy, and why?

Thanks to the IFLA International Advocacy Programme! It was in December 2016 that I was trained in advocacy and the 2030 Agenda, which offers both a framework for presenting the role of libraries, but also opportunities to act to ensure the recognition of this, because governments were right at the beginning of efforts to implement the Agenda. With this training, I gained knowledge, but more importantly developed an advocacy goal (to ensure the inclusion of libraries in France’s Voluntary National Review). The more I worked on this project, the more I developed my own skills, through trial and error. I was regularly invited to talk about this process and the path I had taken, and this is how I became a trainer on these questions.   

In what context do you teach advocacy?

In two contexts primarily – firstly with university students studying library and information science, for example in Switzerland at the HEG which has made advocacy part of its programme in the first years, which I very much salute! Secondly, with professionals already in work, generally on request by a network (often regional) which wants to give librarians skills to defend their institutions. In both cases, these are training courses of 2 to 3 days. I also give shorter interventions, but this is more something for conferences than a real training course.

Does the new generation of librarians easily understand the need for advocacy?

At the beginning, not at all. But recently, a student told me how happy she was to have this in her first year of university because ever if she didn’t have all the skills and experience of a librarian, she did now know how important it was to have a clear discourse, to evaluate her library, to have a strategy, and to position her library in her local area. She considered that the training in advocacy had helped her understand all of this.

At heart, it’s a training course about the role of the library, and it’s always important to remind yourself that we’re not in this job for nothing. But of course, I’m biased!

As a student said to me, I’m advocating for advocacy. And it’s true!!! It’s true, because I think that advocacy obliges us to think about the library in its setting, with a strong pressure to build a strategy and develop indicators, and it’s never a bad thing for a public institution to be able to talk about its strategy, the tools it has, and to be accountable to citizens about what is being done by this institution which in the end works for them.

What does teaching advocacy make it possible to change in attitudes and practices?

Exactly what I was mentioning above – to build strategies, to pay attention to indicators, to align with local policies, without being passive. Fundamentally, it obliges libraries to be political, something that doesn’t always come easy to a profession which is scared of this word, which is so often associated with the more polemic activities of politicians.

What does your training cover, in terms of content and pedagogy?

First of all, work to define what advocacy is, and then to explain the relation between advocacy and libraries.

Next comes work around how to show the essential role of libraries, in particular by looking at strategy documents (at the local or national levels) to see where libraries are (generally nowhere) or could be. Once this absence has become obvious, we then work on what evidence we could bring, what could convince others.

Finally, we work on advocacy tools provided by associations, time-bound events (such as Libraries Week or Cyclobiblio), and actions directly with elected officials. I finish by telling the story of our experience in France to get libraries included in the national roadmap for the implementation of the 2030 Agenda. It’s an advocacy experience that shows that you need plenty of time (2½ years), lots of different actions (meetings, events, brochures etc), but it pays off because we have achieved what we set out to achieve.

The lessons themselves switch between theoretical approaches, practical case students, and especially lots of exercises.

What recommendations do you have for other countries ?

I recommend running advocacy projects, then find a way to share the skills gained and then train librarians as soon as possible.

I would perhaps have another recommendation also – don’t confuse communication and advocacy, even if the latter uses the tools of the former. The political dimension of advocacy needs to be recognised and embraced if it is to work.

[TEXTE ORIGINEL EN FRANCAIS] 

IFLA: Que veut dire l’advocacy pour toi ?

Il s’agit des actions à mener pour influer sur les décisions politiques et notamment en matière de définition et de rédaction des politiques publiques et faire inscrire dans celles-ci l’objet de notre défense, en l’occurrence pour nous : le rôle des bibliothèques. Le lobbying est une partie de l’advocacy, qui se joue directement au niveau des institutions nationales ou internationales lors des discussions autour d’une politique publique en cours de rédaction. L’advocacy peut se jouer aussi sur un plan plus général, avec des campagnes de valorisation des bibliothèques, mais le but final reste de travailler avec les élus et les décideurs pour que la bibliothèque trouve sa place à la table de discussion sur les politiques publiques.

Comment as-tu rencontré le concept de l’advocacy pour la première fois ?

Je ne saurais plus dire exactement, mais je me souviens bien avoir organisé une table-ronde avec des collègues de l’ALA (USA) et de l’association des bibliothécaires Autrichiens en 2014 pendant une journée d’étude sur le rôle des bibliothèques et leur reconnaissance. J’étais donc familière du terme, mais en France on était vraiment de très très grands débutants en la matière.

Et quand est-ce que tu as fait le saut de « faire de l’advocacy » à « enseigner l’advocacy »? Pourquoi ?

Grace à l’International Advocacy Program de l’IFLA ! C’est donc en décembre 2016, que j’ai été formée à l’advocacy et à l’Agenda 2030, qui offre non seulement un cadre pour présenter le rôle des bibliothèques, mais encore des opportunités d’agir pour la reconnaissance de celles-ci puisque les différents Etats en étaient juste au début de leur prise en main de cet outil. Avec cette formation, je me suis dotée de connaissances, mais surtout d’un projet d’advocacy (faire inscrire les bibliothèques dans le rapport national volontaire de la France) et plus j’ai travaillé sur ce projet, plus j’ai développé des compétences, à force d’échecs et d’erreurs. J’ai été régulièrement invitée à partager ce processus et ce chemin, et c’est ainsi que je suis devenue formatrice sur ces questions.

Dans quel(s) contexte(s) enseignes-tu l’advocacy ?

Dans deux contextes principalement : soit auprès d’étudiants dans des universités en sciences de l’information et des biblithèques, par exemple en Suisse à la HEG qui a inscrit l’advocacy au programme des premières années, ce que je salue vivement ! Soit auprès de professionnels déjà en poste, en général à la demande d’un réseau, souvent départemental, qui veut doter les bibliothécaires de compétences pour défendre leurs bibliothèques. Dans les deux cas, ce sont des formations de 2 à 3 jours finalement. Je donne aussi des interventions plus courtes, mais il s’agit davantage de conférences que de formation.

La nouvelle génération des bibliothécaires, comprend-elle facilement le besoin de l’advocacy ?

Au début, pas du tout. Mais dernièrement une étudiante m’a dit combien elle était contente d’avoir ça en première année d’université parce que même s’il n’a pas toutes les compétences et les expériences de bibliothécaire, maintenant elle sait combien il est important d’avoir un discours construit, d’évaluer sa bibliothèque, d’avoir une stratégie, de positionner sa bibliothèque dans son territoire. Et tout ça, elle considère que le cours sur l’advocacy lui permet de l’appréhender. C’est au fond un cours sur le rôle de la bibliothèque, et c’est toujours important de se rappeler qu’on ne fait pas ce métier pour rien. Mais bon, je suis de partie pris ! Comme me l’a dit un étudiant, je fais de l’advocacy de l’advocacy. Et c’est vrai !!! C’est vrai, parce que je pense que l’advocacy nous obliger à penser la bibliothèque dans son environnement, avec une forte pression sur la construction d’une stratégie et l’élaboration d’indicateurs, et ça ne fait jamais de mal à une institution publique d’être capable de publiciser sa démarche, ses outils et de rendre compte aux citoyens de ce qui est mené par cette institution qui est à leur service.

Que permet l’enseignement de l’advocacy de changer dans les attitudes et les pratiques ?

Justement ce que je disais au-dessus : construire des stratégies, prêter attention aux indicateurs, être en résonnance avec les politiques publiques locales, sans être passifs. Cela oblige au fond les bibliothèques à être politiques, et ce n’est pas toujours évidemment dans une profession qui est effrayée par ce mot qu’elle relie directement à la nature politicienne de la politique.

Que comprend ton enseignement, en termes de contenu et de pédagogie ?

D’abord un travail de définition autour de l’advocacy, puis un travail d’explicitation du rapport entre advocacy et bibliothèques.

Ensuite un travail autour de la preuve du rôle essentiel de la bibliothèque, notamment à partir de la circulation dans des documents stratégiques locaux (de la municipalité ou du pays) pour voir où est la bibliothèque (en général nulle part) et où elle pourrait être. Une fois qu’on a pris conscience de ce gros vide, alors on travaille sur ce qui pourrait faire preuve, ce qui pourrait convaincre.

Enfin, un travail sur les outils de l’advocacy fournis par les associations, les campagnes événementielles (du type la semaine des bibliothèques ou cyclobiblio), et les actions menées directement auprès des élus. Je finis par la narration de notre expérience en France pour faire inscrire les bibliothèques dans la feuille de route nationale pour l’implémentation de l’agenda 2030. C’est une expérience d’advocacy qui montre qu’il faut beaucoup de temps (2 ans ½), beaucoup d’actions variées (rencontres, campagnes événementielle, brochures, etc.), mais que ça paye puisque nous avons obtenu ce que nous cherchions à obtenir.

Le cours oscille entre approches théoriques, des présentations de cas, et surtout plein d’exercices.

Quelles recommandations aurais-tu pour d’autres pays ?

Mener des projets d’advocacy, puis construire une transmission des techniques apprises et enfin former les bibliothécaires le plus tôt possible.

J’aurais peut-être une autre recommandation : ne pas confondre communication et advocacy, même si la seconde utilise les outils de la première. La dimension politique de l’advocacy doit être pleinement assumée pour que cela fonctionne.

Advocacy, Communications, France, library advocacy

List all IFLA news